La mascotte de la B Company – 517th PIR


Wild Bill Boyle

et la Mascotte de la B Company



Une nuit, au retour d’une course d’orientation d’entrainement, Boyle remarque un attroupement autour des cantonnements
de la B Company.

Il s’approche en jouant des coudes et trouve un lionceau plutôt costaud allongé sur le sol.

Le capitaine Eldia Haire avait décidé que sa B Company avait besoin d’une mascotte, et avait convaincu le zoo de St Louis de lui envoyer un lionceau dans le cadre de l’effort de guerre.

Bien que jeune, le lionceau était déjà fort et potentiellement dangereux.

L’attroupement est dispersé. Le lionceau, enfermé, dans un baraquement, commençe à méthodiquement réduire en plume des piles d’oreillers et de matelas.

Le Colonel Walsh a vent de l’affaire mais hésite à prendre des mesures.

Le félin pouvait en effet avoir un effet positif sur le moral, même s’il lui aurait été difficile de s’expliquer aux autorités si quelqu’un était blessé par l’animal.

Durant plusieurs semaines, des hommes de la compagnie B sont observés se promenant, ou se faisant promener par le lion au bout d’une très longue chaine.


Quelques semaines plus tard, la « Prop Blast party » de la compagnie est organisée.

Alors que les festivités se déroulent, Boyle s’aperçoit que les réserves d’alcool diminuent…

Il part vers une boite située en dehors du camp, le « Hi Dee Ho »Club.

Plusieurs officiers le rejoignent y compris le Colonel Ike Walton.

Tous s’empilent dans la vieille Ford de Boyle.
Walton n’avait jamais vu le lion, et à sa demande, on se dirige vers la Compagnie B pour aller voir la bête.

Le colonel Walton décide d’emmener le lion à la « Prop Blast Party ».
Personne n’allait contredire sur ce point le XO du Régiment!

Ils s’employent donc à pousser le gros felin sur le siège arrière.

Mais les gros chats n’aiment pas être brutalement réveillés au milieu de la nuit, et n’aiment encore moins les automobiles!

Le lion désigne Boyle comme le chef de la bande et lui balançe une volée de coups de pattes.

Il a fallu recourir à une aide médicale.

Boyle se présente le lendemain matin sur le pas de tir ressemblant à une sultan arabe, la tête entouré d’un impressionnant bandage, avec le casque en équilibre en dessus!

Le colonel Walsh lui jette un regard inquisiteur:

– « Qu’est-ce qui vous est arrivé ? »

– « Sir, le lion a été un peu joueur la nuit dernière! »

Ce fut la fin de l’épisode pour Lou Walsh: « J’ai réussi à me débarrasser de la sale bête en convaincant Jupe Lindsey du 515th PIR qu’il lui fallait absolument une mascotte »…

Le lion partit aussitôt rejoindre le 515th à Benning.

Laisser un commentaire

Assemblé dans la station orbitale WordPress