Don Forester Pratt – 101st airborne

Don Forester Pratt est né à Brookfield dans le Missouri le 12 juillet 1892. En aout 1917, il reçoit sa promotion au rang de second Lieutenant dans l’US Army. Il servira en tant que Adjutant, 15th Infantry à Tientsin en Chine, de 1932 à 36, Instructor, Infantry School de Fort Benning, de1937 à 1941.

Dans les années 1941 – 1942 il devient Chief-of-Staff de la 43rd Infantry Division puis Deputy Commander de la 101st Airborne Division en aout 1942.
Quand Bill Lee a son accident cardiaque en février 1944, il prend momentanément le commandement de la 101st Airborne. Mais pour des raisons inconnues à ce jour, Eisenhower et Bradley lui préfèrent Max Taylor alors Artillery Commander de la 82nd Airborne. Le 14 mars Taylor est en Angleterre pour commander la 101st.
Pratt devient Assistant Division Commander mais on lui demande dans un premier temps de rester à l’arrière. Il conteste et veut participer à l’assaut. On lui propose alors de commander la première vague de gliders prévue pour atterrir dès 4 heures du matin le 6 juin.

Pratt prend place à bord du « Fighting Flacon », membre glider de tête des 52 WACOs prévus pour être la première vague (Chicago Mission, LZ « E »).
Son pilote, est le colonel Mike Murphy, CO du 434 TCG. A 4 heures du matin le 6 juin, Murphy se détache du C 47 juste au dessus de la LZ. Son approche est parfaite, un « texte book landing! », mais l’herbe du pré est mouillée et le planeur glisse sur 600 mètres avant de percuter une haie de peuplier. Pratt était assis dans sa jeep, et il avait mis sous son postérieur un parachute de secours. Ce geste lui fut fatal.
A l’impact, sa tête a heurté un des cadres métalliques du planeur et il est mort sur le coup. Murphy a eu les deux jambes brisées.

A 51 ans, Pratt devenait le premier général US tué en Normandie, mais le second plus haut gradé des Airborne à disparaître au combat, après le général Charles « Bull » Keerans MIA-KIA en Sicile avec la 82nd Airborne. Mesurant 1,67 m et pesant 64 kg, il n’impressionnait guère. Il aimait pourtant raconter l’histoire de son premier saut : Vu son âge et son physique, on lui avait adjoint un aide pour le saut. Pratt a attéri sans une égratignure et c’est lui qui a dû ramener l’aide à la base car il s’était cassé la jambe.

Pour la petite histoire, il y avait deux « Fighting Falcon ». Pratt était à bord du N°2, qui avait été renforcé avec un « Griswold Nose » contre les chocs frontaux. Le fighting Flacon original était N°45 dans la serie et il a attéri en plein sur le T lumineux mis en place par les Pathfinders, écrasant et éteignant tout sur son passage. Les autres gliders ont dû atterir au hasard …

Complétez vos recherches avec cette sélection de livres


Laisser un commentaire

Assemblé dans la station orbitale WordPress