Catégorie : Histoire Contemporaine

Histoire moderne illustré de récits de vétérans US, Allemand, Francais, Anglais

Le code d’honneur du Franc – Tireur et Partisan Français – Aout 1944

En Aout 1944 l’engagement au sein des FTP, Franc Tireur ou d’autres mouvements ne se faisait pas sans réfléxion, voici le « contrat » actif en Aout 1944.

ENGAGEMENT D’HONNEUR DU FRANC-TIREUR ET PARTISAN FRANCAIS

Après avoir pris connaissance des conditions garanties par le Comité Militaire National des Francs-Tireurs et Partisans Français à chaque engagé dans leurs rangs, condition en vigueur dans les formations de la France Combattante et assurant notamment :

Article 1.- Les volontaires de tout grade participant à l’action militaire des F.T.P.F. contre l’ennemi sur tout le territoire ont droit, en cas d’arrestation, pour eux et leur famille à un dédommagement matériel périodique.

Article II.- En cas d’invalidité consécutive à une action dans les rangs des F.T.P.F. ou en cas de décès, les volontaires ou leurs ayant droit bénéficieront du régime des pensions militaires appliqué à tous les anciens combattants, leurs descendants directs seront de droit pupilles de la Nation.

Article III.- Tous les droits et avantages reconnus par la France libérée à tous ceux qui auront combattus les armes à la main contre l’envahisseur, sont acquis de plein droit aux volontaires engagés dans les F.T.P.F. et soldats de la France Combattante.

Je soussigné , déclare m’engager dans les rangs des F.T.P.F. pour servir avec honneur, en tous lieux et jusqu’à la libération totale du territoire Français.

Je jure de combattre avec fidélité et discipline dans les unités F.T.P.F. qui sont sur le sol de la Patrie l’avant-garde armée de la France Combattante.

J’ai conscience des devoirs que j’assume en appartenant aux forces de la libération nationale et de combattre aux côtés des soldats de l’armée du Général de Gaulle, illustrés à Bir-Hakeim et de l’armée du Général Giraud.

En souscrivant formellement aux prescriptions du Code d’Honneur des F.T.P.F., je m’engage :

1° A SERVIR la France en me consacrant de toutes mes forces à l’action contre les envahisseurs et les traîtres à leur solde, afin que la France libre de tout occupant retrouve son indépendance et sa souveraineté au milieu des nations libres.

2° A EXÉCUTER avec discipline et conscience tous les ordres, instructions qui me seront donnés par mes chefs, la discipline librement consentie : fermement appliquée étant indispensable à l’accomplissement de notre mission et à la sécurité générale de nos forces.

3° A GARDER le secret le plus absolu envers quiconque sur tout ce qui concerne les unités F.T.P.F. et tout ce qui s’y rapporte : Leur organisation, leur action, leurs chefs, ainsi que toutes les organisations de Patriotes quelles qu’elles soient.

4° A RÉSISTER au cas ou je serais fait prisonnier par l’ennemi ou la Police dite Française, à toutes les menaces comme aux tortures, mais à ne jamais donner aucune déclaration ou indication quelle qu’elle soit sur n’importe quelle organisation de F.T.P. ou autre, ou sur aucune personne, connue ou inconnue, ou sur telle ou telle opération passée ou à venir.

5° A VENGER tous les crimes commis par l’ennemi et ses policiers contre les Patriotes

6° A RECHERCHER tous les traîtres coupables de délation à l’égard d’un Patriote
ou d’une organisation et qui s’est par là même condamné au châtiment de la peine de mort qui doit lui être appliquée dans le plus court délai et sans recours possible, même après la libération du territoire. Tout individu s’opposant à l’application du châtiment à l’égard d’un délateur devant être considéré comme solidaire de sa trahison et puni en conséquence.

7° A OBSERVER scrupuleusement toutes les règles de l’action illégale et clandestines auxquelles sont soumis tous ceux qui combattent contre l’envahisseur dans les conditions de l’occupation du territoire (ces principales obligations et règles sont énumérées dans la note de service 210 A sur la sécurité, dont je déclare avoir pris connaissance)

8° A ACCOMPLIR toutes les missions qui me seront confiées avec célérité, esprit d’initiative et abnégation, à reconnaître pour chef au cas ou mon unité se trouverait privée de son commandement au cours de l’action, soit son suppléant, soit le meilleur et le plus expérimenté des combattants, afin de mener l’action jusqu’au bout.

9° A PRÊTER au maximum aide à tout Patriote en danger ou blessé et à faire le maximum d’effort pour l’aider à conserver ou à recouvrer sa liberté.

10° A PARTICIPER activement au recrutement de nouveaux combattants pour renforcer les unités de nouveaux F.T.P. , à accroître mon instruction militaire, à aider l’instruction de mes camarades afin d’accroître la qualification de mon unité par l’étude de l’art militaire, du maniement des armes et surtout par un effort constant pour accroître sa force offensive, ses moyens de combat et élever toujours plus le niveau de son action.

11° A CONSERVER toujours une conduite exemplaire afin que l’honneur des F.T.P. ne puisse être entaché par un acte indigne d’un soldat de la libération nationale et à faire respecter autour de moi la discipline, à faire régner la discrétion, tout bavardage étant considéré comme un manquement grave à la sécurité et à la discipline.

12° A OBSERVER à l’égard de tous les Patriotes appelés à m’aider ou à m’héberger une conduite exemplaire, à veiller à la ville ou à la campagne à l’observation vigilante de toutes les mesures propres à assurer leur sécurité, à savoir passer inaperçu, à restreindre au maximum mes entrées et sorties, à témoigner par ma conduite et ma tenue de ma gratitude à l’égard des Patriotes qui m’aident à accomplir ma mission, à renforcer par mon exemple leur foi dans la cause de la libération de la Patrie.

VIVE LA FRANCE LIBRE ET INDÉPENDANTE
Fait le …………………. Par le matricule……………….
Grade ………………… Groupe de combat……………..
Détachement……………. Compagnie………………Spécialité militaire
Matricule écrit par l’engagé…………………Totem signe particulier de la Compagnie
à acheminer par les C.P. jusqu’au Centre :

L’histoire de la hitlerjugend

La hitlerjugend n’est pas née du jour au lendemain sur simple idée du gouvernement en place d’embrigader l’ensemble d’une jeunesse dans un but politique. Elle dessend directement de toutes ces organisations qui ont fleuri à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
Parmi ces mouvements crées pour régénérer les esprits, le mouvement de la jeunesse allemande est l’un des plus importants. Fondé en 1901 à Steglitz, il accueille les jeunes des classes moyennes suburbaines ou semi-rurales attirées par une vie saine loin des villes, considérées « corruptrices ».




Au départ apolitique ses discours se teintent d’un nationalisme de plus en plus virulent, ils exaltent la jeunesse, l’homme nouveau pour une nouvelle Allemagne régénérée après les affres de la Grande Guerre et de la crise.
Le groupe groupe se durcit, ils organisent des entrainements paramilitaires et lse thèses racistes dominent de plus en plus les discours.
La république de Weimar est associé à la défaite et au traité de Versailles et la démocratie devient synonyme de déliquescence.
Pour beaucoup la vision idéalisée du combat, l’héroïsme et le sacrifice pour la patrie deviennent les pierres angulaires du mouvement.

Hitler chef du NSDAP, s’interesse peu à la jeunesse qui compte tenu de son statu, ne représente pas un vivier d’élécteurs immédiats. C’est Josph Goebbels, chef de la propagande qui persuage le Führer dès 1930 de l’importance d’une jeunesse au service du parti outil de lutte contre les communistes. La hitlerjugend deviendra au fil des années une puissante organisation, choyée par le régime.
Future recrue pour la Wehrmacht, et également de Waffen SS, une division sera même créée pour ces enfants-soldats: la 12 SS-panzer-division. ( 12 à 18 ans ) elle se rendra coupable de crime de guerre sur les divers théâtre ou elle sera envoyée.

Pierre Brossolette : Figure majeure de la Résistance

Un portrait de cette figure de la résistance, journaliste, considéré comme socialiste proche du général de Gaulle. Personnage oublié de la résistance, sa mémoire est remise à la place qui lui revient grace à sa femme, il est décrit comme résistant engagé et la lutte devient pour lui un choix naturel.
Il part pour Londre et réussit à y faire passer sa femme et ses deux enfants ou il devient un des plus proches collaborateurs du général de Gaulle.
Il est fidel au général et tente de favoriser le ralliement à sa cause, il est neanmoins capable de préserver une distance en indiquant une lettre d’avertissement à de Gaulle et de critiquer en lui une façon impérieuse de faire.





Il multiplie les missions, retourne en territoire occupé au moment ou la Gestapo saccage après l’arrestation de Jean Moulin, les réseaux.
A partir de l’automne 1943 c’est l’apocalypse pour la résistance, de nombreux compagnons tombent et Brossolette à Paris.
Il sera pris en février 1944, au cours d’une tentative de départ pour l’Angleterre par la mer. Il y laissera la vie.

Reportage photos Propagandakompanie Combat de position en Russie – Wehrmacht en Russie

Le reportage réalisé par le photographe Ludwig Knobloch de la »Propagandakompanie 689« ( unité de propagande ).

Datant d’octobre 1943, la scène se déroule dans le « secteur centre » des combats( entre Gomel et Smolensk ).

Lire la suite « Reportage photos Propagandakompanie Combat de position en Russie – Wehrmacht en Russie »

Histoire des régiments Parachutistes – 1 RCP/ Regiment Chasseurs Parachutistes

Le 1 RCP le plus ancien régiment parachutiste français
Descendant direct des pionniers du parachutisme français, le 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes fut créé en 1943 à FEZ, au Maroc.

Le régiment le plus décoré depuis la seconde guerre mondiale.

Engagé dans les combats de la 2 guerre mondiale le 1 RCP s’est illustré notamment pendant la libération du Ménil, de Jebsheim et de Widensolen. Engagé en Indochine, il sera ensuite déployé en Algérie jusqu’en 1962. En 1983, au Liban, le régiment perd 58 parachutistes dans l’attentat du Drakkar à Beyrouth.
Au titre des 9 citations à l’odre de l’armée gagnées par le courage des Anciens dans les Vosges, en Alsace puis en Indochine, les parachutistes du 1 RCP portent la fourrgère de la croix de guerre 1944-1945 et la fourragère à la couleur de la légion d’honneur avec l’olive des Théâtres d’Opérations Extérieurs.

Sur les plis de son drapeau est inscrit : Vosges 1944, Colmar 1945, Indochine 1947-1950 et 1954-1954 et AFN 1952-1962.

Pourquoi un retour du général De gaulle – Mai 1958

L’instabilité ministérielle, la faiblesse du pouvoir et finalement la guerre d’Algérie, qui dure depuis 4 ans : Charle de Gaulle retiré à Colombey, a su utiliser toutes les faiblesses de la IV république pour la faire chuter.

Le régime a été balayé en moins d’un mois, de l’insurrection des pieds noirs à Alger, le 13 mai, à l’investiture du général comme président du conseil le 1 juin.

De Gaulle reste d’abord dans une rôle ambigu, dans l’ombre mais bienveillant pour les fauteurs de troubles.

Quand il entre dans le jeu, c’est pour imposer une solution à sa main et créer une V république dont me président sera à la fois l’arbitre et le capitaine.

Guerre Indochine – 17 Juillet 1953 Opération « Hirondelle » Partie 2

En juillet de l’année 1953 l’Opération « Hirondelle est lancée. C’est l’une des opération aéroportée la plus brillamment exécutée et préparée de toute la guerre d’Indochine.

De type commando cette opérations aéroportées exécutée à l’aide parachutistes du général Gilles qui avaient un créneau de 48 heures pour s’emparer d’une des plus grande ville du nord est de l’Indochine : Lang Son.
D’après les renseignements du 2e bureau, la division qui gardait les dépôts viet de KY LUA a fait mouvement le matin du 16 et la relève n’arrivera pas avant deux jours
Au delà de ce délai, la relève viet minh sera sur les parachutistes et les décimera. Si jamais la situation devait mal tourner, le 1er RCP de Bréchignac est en alerte , à environ une demi heure de dakota dans le cadre du plan de sauvetage « moineau ».

Pendant que les troupes du génie s’affairent dans les grottes a faire exploser les objectifs les parachutistes prennent prosition dans les villes pour en prendre le contrôle.

Les tireurs du 8ème bataillon de choc se sont posté aux carrefours stratégiques



Lire la suite « Guerre Indochine – 17 Juillet 1953 Opération « Hirondelle » Partie 2″

Guerre Indochine – 17 Juillet 1953 Opération « Hirondelle » Partie 1

En juillet de l’année 1953 l’Opération « Hirondelle est lancée. C’est l’une des opération aéroportée la plus brillamment exécutée et préparée de toute la guerre d’Indochine.

De type commando cette opérations aéroportées exécutée à l’aide parachutistes du général Gilles qui avaient un créneau de 48 heures pour s’emparer d’une des plus grande ville du nord est de l’Indochine : Lang Son.
D’après les renseignements du 2e bureau, la division qui gardait les dépôts viet de KY LUA a fait mouvement le matin du 16 et la relève n’arrivera pas avant deux jours
Au delà de ce délai, la relève viet minh sera sur les parachutistes et les décimera. Si jamais la situation devait mal tourner, le 1er RCP de Bréchignac est en alerte , à environ une demi heure de dakota dans le cadre du plan de sauvetage « moineau ».

Lang Son est au mains des viet minh depuis 3 ans , après le désastre de la RC4 date où elle a été abandonnée par les français avec les dépôts de matériel intacts quasiment sans combattre.

L’objectif est donc la réserve d’armement et de matériel constituée par le viet minh dans les grottes calcaires de KY LUA au nord de la ville.

Photo de l’objectif:
La principale grotte visible à gauche est celle de tham-than elle comporte plus de 1000 FM et 2 tonnes d’armement.



Déroulement des opérations:


Le 17 juillet, deux bataillons de parachutistes sautent sur la ville.
Le 6ème Bataillon de parachutistes coloniaux de Bigeard et le 8ème bataillon de parachutistes de choc de Tourret.

Photo des DZ pendant le regroupement.
C’est la première fois durant la guerre d’Indochine que les parachutes pourront être abandonnés sur place, les stock le permettant (Sur les précédents saut une partie de la troupe était affectée au rassemblement et à la protection des parachutes après le saut).



Lire la suite « Guerre Indochine – 17 Juillet 1953 Opération « Hirondelle » Partie 1″

Les soldats Juifs de l’armée Allemande

EN 1935 les tristements célèbres lois de Nuremberg sont qui remettent en question la citoyenneté des juifs sont promulguées mais qui est juif exactement ? Et qui peut être incorporé dans l’armée ?
Si les deux parents sont juif on est considéré comme juif a part entière, ceux qui appartiennent déjà à l’armée son sommairement exclu des rangs.
Mischling est un thermes péjoratif désignant les personnes de sang mêlé les Mischling sont accepté dans l’armée un demi juif de mère ou de père également tout comme les quart et les huitième de juif.

Les soldats juifs ont servi dans toutes les armes, et à tous les grades, de militaire du rang à haut gradé.

« Les lois de Nuremberg comportaient deux volet l’un été la lois protégeant le sang et l’autre l’honneur Allemand.
La lois disait que les juif n’appartenait pas au peuple allemande et qu’il ne pouvait pas être citoyen allemand.
En revanche ils étaient sujet d’état après avoir défini qu’ils n’étaient pas allemand ils ont pu déterminer qui était juif et la cela c’est compliqué.
Bien sur les Mischlings étaient incorporé dans l’armée. Mais cela est purement politique, les Nazis savaient que si ils les persécutaient trop il se materaient le reste des familles à dos qui travaillaient à l’usine, dans l’économie ….
 »

Voici d’après la Wehrmacht ( l’armée Allemande ) le soldat Allemand idéal. Se même soldat est juif, il sera explusé de l’armée en 1940.


Werner Goldberg

Lire la suite « Les soldats Juifs de l’armée Allemande »

De Gaulle face au general Giraud

En novembre 1943 le comité francais de libération nationale CFLN a tranché. Entre Henri Giraud, l’évadé de Konigstein aux moustaches aussi arquées que ses jarrets et le dissident de Londres, Charles de Gaulle, au profil conquérant, il a élu le second comme unique président.

Ensuite, Giraud a été nommé commandant en chef par son ancien rival. C’en est donc fini de la Dyarchie compliquée qui régnait sur le CFLN crée le 3 juin sous la coprésidence des deux généraux.

Depuis son arrivée en Afrique du Nord le 30 mai de Gaulle a dû compter avec la méfiance de Roosvelt qui n’envisage toujours pas que la France puisse recouvrer sa souveraineté politique avant la libération de son territoire par les Alliés.

Mais le soutien que lui a apporté la résistance intérieure et la défection progressive des giraudistes séduits par ses capacités d’homme d’Etat, ont conforté l’autorité du chef de la France combattante. Les bévues de son adversaires maladroit qui tient la politique en horreur ont fait le reste.

Bientot réunie une Assemblée consultative garantira la légitimité d’un véritable gouvernement français.